Le livre jeunesse : un merveilleux outil pour tous les apprentissages

Charleroi Expo, 18-22 oct. 2017 (EDUC) / 18-20 oct. 2017 (EDUCdir)

Le livre jeunesse : un merveilleux outil pour tous les apprentissages

Le livre jeunesse est un formidable outil pour donner aux enfant le goût de lire, pour raconter des histoires à une classe, pour illustrer un thème, … L'influence positive de la lecture chez les tout-petits sur leurs résultats scolaires est reconnue. L'importance de la lecture-plaisir chez les plus grands aussi. Mais le livre jeunesse peut aussi devenir un atout pour beaucoup d'autres apprentissages.

Un Atelier Livre Jeunesse accueillera une multitude d'interventions sur le livre jeunesse et comment propager le plaisir de lire auprès de chaque enfant même les enfants en difficulté d'apprentissage.

Parmi nos conférences :

  • Lire c'est grandir
  • Raconter, c'est bien, animer, c'est mieux !
  • Propager le plaisir de lire : des pistes concrètes à mettre en place en classe…
  • Les obstacles rencontrés par les jeunes enfants à l'école pour entrer en littérature
  • Des pistes pour aider nos élèves en difficulté (Aussi dyslexie, HP et TDA/H) et des livres qui leur conviennent

Propager le plaisir de lire

Claude Ponti, auteur et illustrateur de livres pour enfants, a déjà dit que pour faire lire les adolescents, il suffisait de placer une récompense entre chaque page d'un roman. C'est un concept surprenant qui pourrait être intéressant, mais qui est difficile à utiliser et finalement pas si populaire auprès des élèves, bien conscients qu'ils perdraient rapidement la motivation de lire devant la répétition. L'idée générale reste toutefois pertinente : en vieillissant, beaucoup lisent pour la récompense qui vient lorsqu'ils terminent un livre, ou poussés par la peur du bâton de l'examen, mais pas par plaisir.

Pourtant, la plupart ont d'excellents souvenirs liés aux lectures de leur enfance : le livre du soir lu avec les parents avant de dormir, les premières lettres à déchiffrer ou les premiers romans lus seuls. La coupure survient plus tard, souvent quand on priorise la réflexion, la compréhension au détriment du plaisir. Au fil des années, ils apprennent à décoder les lettres, à voir apparaître les sons, à créer du sens, à découvrir les histoires, à faire des liens, des inférences... et à répondre aux questions des examens. Tout l'enseignement est souvent focalisé sur la compréhension et les stratégies à utiliser pour y arriver, pour gagner en habileté. Toutefois, si c'est tout ce que nous mettons en avant, nous n'encourageons pas des jeunes à se considérer comme « lecteurs », mais bien comme « décrypteurs », des élèves aptes à répondre à des questions d'examen, mais qui ne liront peut-être pas d'eux-mêmes lorsqu'ils sortiront des murs de l'école, ou encore des élèves qui risquent de baisser les bras quand ils feront face à de sérieuses difficultés parce qu'ils n'auront pas trouvé en eux la motivation, l'envie de lire par-dessus tout, celle qui fait que nous dévorons des séries comme Harry Potter en empiétant sur nos heures de sommeil et qui, plus tard, nous donne envie de nous plonger dans les classiques, les grandes œuvres.

La notion de plaisir est donc essentielle et devrait se trouver au cœur de notre pratique lorsqu'il est question d'enseignement de la lecture. Bien sûr, le programme est déjà tellement chargé qu'il est difficile de prendre ce temps.

Toutefois, la fin de l'enfance et le début de l'adolescence sont des moments cruciaux dans la construction de soi en tant que lecteur indépendant. Il est donc de notre devoir d'utiliser tous les moyens qui sont à notre disposition pour les mettre sur le chemin de la curiosité littéraire, celle qui fera qu'ils auront envie de lire un livre plutôt que de jouer à des jeux vidéo ! 

L'option la plus rapide pour y arriver est la passion. La nôtre, celle des pairs, celles de nos collègues, celle des parents, celle de l'entourage en général. Parler de livres un peu chaque jour, créer un environnement littéraire en quelques idées faciles à mettre en place, engager les élèves de notre école dans une activité autour de la lecture, sortir des sentiers battus pour amener le ludique de l'enfance dans les lectures plus sérieuses, faire des liens transmédias à partir de leurs références culturelles et, surtout, connaître les livres qu'ils lisent et aiment pour créer des liens avec de nouvelles œuvres sont autant de pistes à explorer afin d'allumer et d'entretenir la flamme littéraire des jeunes.

Toutefois, certains d'entre eux sont parfois plus difficiles à toucher. Ils arrivent en classe avec un sérieux retard en lecture, sont réfractaires à toute tentative de « lecture plaisir » ou ont des diagnostics qui font en sorte qu'ils ne sont pas en mesure de se concevoir comme lecteur s. Ceux-là abandonnent souvent avant même d'essayer et tout l'enthousiasme de l'enseignant, des parents ou des autres adultes en contact avec eux pourrait bien ne pas avoir l'effet escompté.

Heureusement, il y a tout de même des pistes de solution sur lesquelles se pencher. D'abord en favorisant le développement de leur confiance en eux par des expériences positives en lien avec la lecture, qu'elle soit à voix haute, ludique ou encore en lien avec des livres qui sont à leur portée. Les éditeurs, de plus en plus conscients que les tranches d'âge ne reflètent pas nécessairement les habiletés des lecteurs, proposent de nouvelles collections, parfaites pour nous aider à créer des marches intermédiaires qui permettront à nos élèves de suivre le groupe. Il faut toutefois connaître ces livres !

Voilà autant d'idées qui seront développées lors des conférences que je donnerai au Salon de l'éducation de Charleroi 2017, le tout accompagné de multitudes de suggestions littéraires tirées des nouveautés et susceptibles de propager le plaisir de lire !

Sophie Gagnon Roberge, Enseignante, conférencière et auteure